Le flux créatif (flow)

Parlons psychologie et création artistique

ob_ee8346_flow-visual-iimagefor-web-86-percent

Vous-êtes vous déjà complètement immergé dans votre oeuvre, au point de perdre la notion du temps ?

Avez-vous déjà vécu un moment où les idées semblent sortir toutes seules de votre esprit ?

La sensation d’être tout entier absorbé par votre écriture, d’être presque dans un état de transe

Cette expérience a un nom : le flow (ou flux en français).

C’est ce sentiment d’extase, de concentration intense au moment où l’on écrit une histoire, au point de perdre la perception du temps et de ce qui nous entoure.

J’ai envie de discuter de ce sujet avec vous, car ce concept pose des mots concrets sur un phénomène pas très palpable que je vis lorsque j’écris, et je pense que je ne suis pas la seule.

D’ailleurs, je sais que je ne suis pas la seule car j’en ai parlé avec Célia du blog Nuits D’Encre, suite à son article sur l’inspiration

J’espère que tu trouveras cet article intéressant si tu passe par là 😉

Qu’est ce que le Flow (ou le flux) ?

Le flux, ou « expérience du flux » ou encore « expérience optimale », est un état mental atteint par une personne lorsqu’elle est complètement plongée dans une activité et qu’elle se trouve dans un état maximal de concentration; ce qui lui procure une intense satisfaction.

Fondamentalement, le flow se caractérise par l’absorption totale d’une personne par son occupation.

L’esprit humain ne peut pas intégrer plus de 110 bits de données par secondes, ce qui fait que l’on ne peut pas comprendre ce que deux personnes nous disent en même temps, par exemple. Quand on est dans cet état de flow, on ne ressent pas la faim, on ne pense pas à nos problèmes du quotidien … Le cerveau est complètement accaparé par l’écriture : l‘existence est suspendue momentanément, il n’y a plus que ce que l’on crée.

giphy

La théorie

D’où viennent toutes ces conneries euh théories

Le concept a été établi en 1975 par Mihály Csíkszentmihályi (vous non plus vous n’arrivez pas à lire ce nom ?) chercheur en psychologie à l’université de Claremont en Californie.

Utilisé dans de nombreux domaines, du sport à la musique en passant par la spiritualité, l’éducation et la séduction, bien qu’il ait existé depuis toujours sous d’autres formes, notamment dans les religions orientales tel le bouddhisme. 

C’est une immersion totale, qui représente peut-être l’expérience suprême, employant les émotions au service de la performance et de l’apprentissage.

Dans le flow, les émotions ne sont pas seulement contenues et canalisées, mais en pleine coordination avec la tâche s’accomplissant. Le trait distinctif du flow est un sentiment de joie spontané, voire d’extase pendant une activité.

En français, on emploie parfois, au sens profane, l’expression état de grâce, par exemple lors d’un examen scolaire :  les actions à effectuer semblent alors se présenter de façon très claire. Le Flow possède beaucoup de similitudes avec l’état d’hyper-concentration, tout au moins en ce qui concerne ses aspects positifs.

Wikipedia : Flow (psychologie)

Les 7 étapes de l’expérience du Flux 

Le phénomène suit les mêmes étapes chez tous ceux qui l’expérimentent. Comment fait-il faire pour entrer dans le flux ?

  1. Être complètement immergé, investi dans ce que l’on fait 
  2. L’intense concentration génère un sentiment d’extase : une impression d’être en dehors de la réalité quotidienne 
  3. Une grande clarté intérieure qui donne la sensation de faire ce qui doit être fait
  4. Avoir le sentiment de posséder les capacités pour accomplir cette tâche, d’être en contrôle, d’avoir les aptitudes en adéquation avec la tâche même si c’est difficile
  5. Une sensation de sérénité, repoussant les frontières de l’ego et effaçant les tracas quotidiens 
  6. La perte de la notion du temps car on est concentré sur le présent
  7. La motivation intrinsèque surgit : ce qui est produit par le flow est gratifiant en lui-même, s’auto-suffit, peu importe si ce que l’on a produit est bon ou mauvais, on est heureux de l’avoir fait. L’activité en soi est source de satisfaction, elle est dite autotélique.

3D-graphics_Luminous_flux_026515_.jpg

Le flux peut être provoqué

Il y a des états mentaux qui favorisent l’entrée dans le flow, notamment l’excitation et le contrôle, mais jamais l’ennui. Tout ce qui résulte de l’apathie et de la passivité inhibe la stimulation intellectuelle et empêche d’entrer dans cet état mental particulier.

Personnellement, j’ai plutôt l’impression d’atteindre cet état quand je suis excitée par une idée, une scène ou un univers.

Une autre étape pour accéder à cet état c’est la maîtrise de la technique.

Mais qu’est ce que la technique vient faire là-dedans ? C’est plus facile à comprendre si l’on parle d’un compositeur par exemple : il peut se laisser emporter par son flow uniquement s’il sait parfaitement jouer de son instrument.

Vous pouvez aussi l’imaginer pour un dessinateur ou un peintre.

Cette idée de technique ne sert pas à attribuer un jugement de valeur sur ce qui est produit dans le Flow.  Rappelez vous : « peu importe si ce que l’on a produit est bon ou mauvais, on est heureux de l’avoir fait« .

Mais on ne peut pas jouer un morceau sans maîtriser son instrument; on ne peut pas dessiner ce que l’on voit dans sa tête si on a pas les techniques de bases; comme on ne peut pas courir un marathon sans s’être un minimum entraîné.

C’est la même chose pour l’écriture : tout le monde peut écrire… certes. Comme je joue de la trompette ou comme je cours un marathon …. c’est à dire fort-fort-mal (voire impossible en ce qui concerne le marathon 😀 ) 

Vous me suivez ?

Il faut donc s’entraîner à écrire et maîtriser un maximum son art pour arriver dans l’état de Flow. Et c’est aussi pour ça que de nombreux auteurs parlent de régularité dans l’écriture, d’exercices d’écriture, de journal d’écrivain etc.

Avant même de connaître le concept, je recherchais cet état…

Je cherchais cette sensation sans même avoir conscience que c’est un phénomène psychologique connu, et je pense que c’est le cas de beaucoup de gens.

J’aime cette sensation car c’est le moment où j’entre en connexion avec mon histoire et mes personnages, où plus rien n’existe autour. L’impression que des scènes me viennent facilement, qu’elles s’écrivent d’un trait. Je peux écrire 2 000 mots sans reprendre ma respiration. C’est génial (mais épuisant).

Cela peut même durer plusieurs jours. « Les personnages sont suspendus au dessus ma tête et ne me quittent jamais »* même quand je fais mes courses.

Le flux au delà de l’écriture

Avez-vous déjà ressenti le flux dans un autre contexte que l’écriture, puisque c’est une expérience qu’on peut faire à travers le sport, la musique, les arts créatifs, les cahiers à coloriages pour adultes, le BuJo… ?

Je crois que je le ressens en montant à cheval : l’idée n’est pas de retranscrire une histoire évidemment, mais de mener un exercice, d’être connecté au cheval et d’échanger nos intentions. J’en ressort souvent avec la même sensation d’être vidée et heureuse.

Conclusion

Je suis ravie de pouvoir mettre un nom sur ce phénomène ! J’espère que cela vous sera utile également 🙂 

Il y avait énormément de choses à dire sur le sujet, et j’espère que la longueur de cet article ne vous aura pas rebuté.

De manière générale, la psychologie me passionne, tout comme les détails du processus créatif… Comprendre comment notre cerveau nous permet de faire tout ça… C’est un sujet tellement vaste et tellement intéressant…

wow2.gif

Je vous dis à bientôt, je serais ravie de lire vos réactions en commentaire !

Voici quelques liens qui m’ont été utiles pour écrire cet article :

blue feather Nox


12 réflexions sur “Le flux créatif (flow)

  1. Merci pour le clin d’oeil !
    Je pense que j’en ai déjà fait l’expérience aussi quand je faisais de la danse ^^
    Sinon, ce n’est pas un état que je recherche spécialement quand j’écris, si ça arrive c’est cool, sinon on se débrouille sans.
    Mais il est vrai que le processus créatif est fascinant ^^

    Aimé par 1 personne

    1. Ah oui en dansant ?
      Oui bien sûr on arrive à écrire sans heureusement 😉 sinon je pense que ce serait épuisant.
      Derien pour le clin d’oeil ! J’ai tout de suite pensé à toi 😁

      Aimé par 1 personne

  2. J’adore ces moments-là.
    Il y a les moments de pure créativité, quand je suis au début de la création d’une histoire, que les idées arrivent dans tous les sens et – ô miracle – s’imbriquent parfaitement (en tout cas elles en ont l’air, après à la relecture c’est moins évident ^^).
    Il y a les moments réguliers de rédaction, quand je me lance dans une longue séance d’écriture et que je ne vois plus le temps passer.
    Et récemment j’ai aussi beaucoup vécu ça à travers la création de mon blog puis de mon site d’autrice : me perdre dans les arcanes de WordPress, les thèmes, les widgets, les statistiques, les nouveaux articles, les mots-clés, les optimisations, jusqu’à ce que oh damn il est 22h et j’ai toujours pas dîné.

    Pour moi cet état est loin d’être un idéal inaccessible, il vient assez facilement à partir du moment où on se met au travail régulièrement et où on s’accorde de larges plages de temps pour avancer.

    Aimé par 1 personne

    1. Tout à fait d’accord avec toi : si j’ai du temps devant moi et l’esprit dégagé j y arrive très rapidement. Comme tu dis, à la relecture ce n est pas trop ça ^^ et parfois jai du mal à retravailler mes 1er jets.
      Sinon pour wordpress effectivement ça marche aussi : écrire un article qui nécessite des recherches et c’est parti pour 2h de dérives sur internet ^^ mais je ne crois pas que ce soit le flow, dans ce cas, en tout cas pour moi. C’est plutôt un « mode zombie » , plus passif…

      Merci d’être passée 😊 à bientôt

      Aimé par 1 personne

  3. Merci pour cet article. C’est exactement ce que j’ai ressenti en écrivant mon roman en 2018. Le souci, c’est que je ne parviens plus, depuis, à retrouver cet état de grâce… Alors je n’écris plus.
    En revanche, j’ai ressenti ça pendant le confinement en dessinant (une activité nouvelle pour moi). Et pourtant, je suis loin d’avoir les bases techniques. Quand je suis plongée dans mon dessin, je ne m’arrête plus, jusqu’à ce qu’il soit terminé.
    J’espère ressentir à nouveau cela en écrivant. Plus ma convalescence avance (j’ai fait un burn out en janvier), plus je retrouve mes capacités intellectuelles et l’envie d’écrire. Croisons les doigts ! 🍀

    Aimé par 1 personne

    1. Salut et merci à toi pour ton commentaire 🙂
      Peut-être que le burn-out y est pour quelque chose ? je pense qu’il est normal d’avoir du mal à se concentrer sur l’écriture quand on a pas l’esprit tranquille. Prends bien soin de toi 😉 .
      Dans tous les cas, il est souvent conseillé de prendre des habitudes d’écriture quasi quotidienne, pour « débloquer » le muscle de l’imagination 🙂 Par exemple écrire un parapraphe ou une page chaque jour. Même sans flux. Voir ce qui sort ^^
      Je suis très contente que mon article ai pu t’être utile ! J’étais moi aussi ravie de poser des mots sur cet état de grâce comme tu dis 🙂

      Aimé par 1 personne

      1. Oui, il faudrait créer une routine d’écriture. Je n’ai pas voulu me l’imposer pendant le confinement, où je me suis concentrée sur l’activité physique (en faire au moins 30 minutes chaque jour, ce qui était un vrai défi). Maintenant que je vais mieux, pourquoi pas ? J’écris déjà un peu pour mon blog et mes posts Instagram. C’est un début.

        Aimé par 1 personne

        1. C’est un très bon début 🙂 et l’essentiel est certainement de se faire plaisir, avec ces activités de « loisir » (ne pas se mettre la pression ni des objectifs irréalisables). C’est super d’avoir respecté tes objectifs sportifs !! tu as pris soin de toi 🙂

          Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s